Parution – Mines et métallurgie chez les Tarbelles

 

Argitxu Beyrie

Mines et métallurgie chez les Tarbelles.

Aux origines de la sidérurgie dans l’ouest pyrénéen (IIIe s. a.C.-IIIe p. C), (Supplément Aquitania 44),

2023, 234 p. – Aquitania – Suppléments

Résumé :

Les vestiges d’activités minières et métallurgiques se trouvent en abondance à l’extrémité occidentale de la chaîne des Pyrénées, sur l’ensemble du territoire de montagne et de piémont qui s’étend d’ouest en est, de l’Océan Atlantique aux confins du Béarn. Les gîtes métallifères, souvent de taille modeste mais généralement nombreux, y ont été exploités principalement pour le fer, le cuivre, l’argent et l’or.

Les recherches archéologiques menées depuis une vingtaine d’années dans le domaine de l’archéologie minière et de la paléométallurgie permettent aujourd’hui de restituer les grands traits du paysage minier de ce territoire, de retracer les grandes lignes chronologiques de son histoire minière. Il est dorénavant établi qu’un important foyer de production métallique s’est développé en bordure de l’océan durant l’Antiquité. Cette phase d’activité au cours de laquelle l’exploitation et la production d’or, de cuivre et de fer croissent de manière sensible, démarre au iiie s. a.C. et connaît son apogée aux ier-iie s. p.C. Les témoignages des auteurs anciens, parmi lesquels les écrits de César et de Strabon, s’accordent en effet avec les évidences archéologiques pour indiquer que l’activité minière, en plein essor aux lendemains de la conquête romaine, trouve son origine dans un passé préromain.

L’ancien territoire tarbelle comporte les vestiges d’une activité sidérurgique antérieure à la conquête. La production de fer y est attestée d’un point de vue archéologique à partir du second âge du Fer. Au Pays Basque, dans la vallée de la Nive, les vestiges d’un imposant site sidérurgique ont été étudiés sur le massif de Larla à Saint-Martin-d’Arrossa. Le centre de production ancien, en activité depuis le iiie s. a.C. jusqu’à la fin du Haut-Empire, s’est développé autour d’une puissante minéralisation de sidérite, un remplissage bréchique encaissé dans les grès roses du Permo Trias. Les travaux miniers anciens superficiels et souterrains jalonnent les flancs du massif, tandis que les vestiges d’une cinquantaine d’ateliers de réduction de minerai de fer ont été recensés et étudiés au cœur du site extractif. Treize ateliers sidérurgiques ont fait l’objet de fouilles archéologiques et une part des recherches s’oriente vers une phase de métallurgie expérimentale.



Citer ce billet
Eneko Hiriart (2023, 12 octobre). Parution – Mines et métallurgie chez les Tarbelles. Le blog de l'AFEAF. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ao1q

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search