Colloque international – La bataille d’Arausio – 20-23 septembre 2022

20-23 septembre 2022

Colloque international

La bataille d’Arausio (105 av. J.-C.) : une histoire européenne

20-23 septembre 2022
Lieu : Orange, Vaucluse, France ; Palais des Princes

1. Colloque Arausio_Argumentaire Scientifique

2. Arausio_International Colloquium

1b. Fiche d’information individuelle

2b. Individual information form

 

Argumentaire scientifique

Le 6 octobre 105 av. J.-C., les Romains subirent, près d’Arausio (Orange), un des revers militaires les plus catastrophiques de leur histoire. Du point de vue des pertes humaines, ce désastre surpassait toutes les défaites du passé, et l’historien Theodor Mommsen (1817-1903) ne s’était pas trompé lorsqu’il écrivait que « par les pertes matérielles et l’effet moral, la catastrophe d’Orange dépassait même la journée de Cannes » (216 av J.-C.). Cependant, les textes antiques, qui ne présentent que le point de vue des Romains et de leurs alliés, nous apprennent que la coalition victorieuse ce jour-là, composée de peuples germains et celtiques, fut terrassée quelques années plus tard, en 102 et en 101, par l’action presque providentielle d’un chef romain, Caius Marius. L’action de celui qui est présenté comme le sauveur de l’Italie a depuis longtemps polarisé les récits, antiques comme modernes, empêchant la mise en œuvre d’une analyse équitable des faits et des acteurs, dont l’action a été revue et corrigée par l’orgueil et la morale romaine. L’historien Camille Jullian (1859-1933) résumait bien le point de vue des sources anciennes sur les ennemis des Romains, que l’on réduit bien trop souvent aux seuls Cimbres et Teutons : « les Anciens nous ont laissé l’impression d’une chevauchée monstrueuse, d’un ouragan d’hommes et de bêtes, balayant le sol jusqu’au fleuve, renversant les légions et leurs camps, semant partout le désespoir, la fuite et la mort ». Partis de l’Europe du Nord et après avoir migré pendant plusieurs années dans la partie centrale du continent, leur mouvement s’est plusieurs fois heurté à des armées romaines à partir de 113, dans des confrontations qui ont été à chaque fois victorieuses. Leur migration les conduisit jusque sur les rives du Rhône où, en 105, ils détruisirent deux armées consulaires venues d’Italie dans un gigantesque carnage, tout près du lieu où sera ultérieurement fondée la colonieromaine d’Arausio.

Outre l’importance toute particulière de l’événement, dont les répercussions sont incommensurables et peu étudiées jusqu’alors, le cas d’étude est d’une singularité exceptionnelle pour une bataille antique, en raison de la découverte d’installations militaires romaines d’époque républicaine à proximité immédiate d’Orange, pour lesquelles une datation de la fin du IIe siècle avant J.-C. peut être établie. Depuis 2014, dans le cadre du Groupe de Recherche sur la Bataille d’Orange, auquel a succédé le Projet Collectif de Recherche Arausio 105 (2017), des recherches archéologiques pluridisciplinaires sont menées pour comprendre les logiques d’un site militaire qui pourrait être unique en son genre et un marqueur de l’histoire européenne.

Le lieu de la confrontation, dont la découverte ne fait que commencer, fut en effet, un incroyable lieu de convergence des populations. Jusqu’à une période assez récente, les redoutables adversaires des Romains, qu’ils soient Cimbres, Teutons, Tigurins ou Ambrons, ne sont resté que des noms dans des textes grecs ou latins. Dans cette perspective, le récit de leur défaite finale en 102-101 n’était voué qu’à servir de tremplin pour la carrière politique de Marius. Or, les travaux des dernières décennies ont réinvesti l’étude de ces peuples, jusqu’à leur donner enfin le statut d’objet historique à part entière, et ce indépendamment de l’histoire romaine. Cette appropriation ne se produit pas sans difficulté, car les Cimbres et les Teutons, qui sont également mentionnés par des géographes antiques, restent largement des fantômes pour les archéologues et les historiens, car les traces de leur migration à travers l’Europe demeurent particulièrement complexes à identifier. En effet, cette itinérance concernerait au moins quatorze pays européens : Danemark, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Pologne, République tchèque, Slovaquie, Autriche, Suisse, France, Espagne, Italie, Slovénie et marginalement la Croatie. En face d’eux, ils avaient des forces composites réunissant des légionnaires romains, des peuples alliés italiens (les socii) et des auxilia externa provenant de toute la Méditerranée occidentale, de l’Espagne à la Grèce en passant par les Baléares et de la Gaule du sud à l’Afrique du nord (Numides, Maures).

En portant la réflexion sur la bataille d’Arausio à l’échelle européenne, l’objectif de ce premier colloque est de redonner à l’événement sa place dans l’histoire tourmentée de la fin du IIe siècle avant J.-C., à l’époque où la puissance romaine commence à instaurer un ordre politique en Gaule méridionale. Envisagée indépendamment de la victoire finale de Marius, la confrontation ouvre la voie à des

réflexions peu explorées jusqu’alors : l’analyse du rapport entre les sources textuelles et un site archéologique très singulier, la prise en compte des ennemis des Romains comme des acteurs à part entière de l’histoire, l’étude des fragilités politico-militaires de l’ordre romain naissant en Gaule et les conséquences d’un massacre de très grande ampleur, qui n’a été que trop minimisé par les Romains eux- mêmes. Ce colloque d’archéologie et d’histoire, qui s’inscrit dans le cadre de l’intense activité scientifique du PCR Arausio, vise à faire dialoguer des spécialistes internationaux et à croiser les approches au sein de quatre sessions, dont la succession reflète les différentes orientations choisies pour les débats :

Session 1 – histoire d’une découverte exceptionnelle ; méthodes et outils de la recherche (sources textuelles et archéologie ; méthodes et outils de prospections et de fouilles archéologiques préventives et programmées) ; lutte contre le pillage archéologique.
Pilote : Loïc Buffat en collaboration avec Xavier Delestre

Contacts : l.buffat@mosaiquesarcheologie.com

Session 2 – mobilités guerrières et logiques ethnographiques et spatiales d’une migration européenne
Pilotes : Nathalie Ginoux, en collaboration avec Bernard Petit
Contact : nathalie.ginoux@sorbonne-universite.fr

Session 3 – Rome dans la tourmente à la fin du IIe siècle av. J.-C.

Pilotes : Mathieu Engerbeaud, en collaboration avec Yann Le Bohec Contact : mathieu.engerbeaud@univ-amu.fr

Session 4 – la bataille d’Orange, histoire militaire et archéologie d’un champ de bataille

Pilote : Alain Deyber
Contact : alaindeyber.arausio@gmail.com

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search