Soutenance de thèse – Thibault Le Cozanet

Le vendredi 23 octobre 2020 à 14h Thibault Le Cozanet soutiendra sa thèse “Immergé dans les eaux, enfouis dans la terre : études comparatives du mobilier métallique provenant des contextes non funéraires de l’âge du fer en France (VIIIème – Ier s. av. n. è.)”, sous la direction de Stephan Wirth (Université de Bourgogne Franche-Comté, UMR ARTEHIS) et de Gérard Bataille (Inrap, UMR ARTEHIS).

Résumé de la thèse en français :  

Les dépôts métalliques constituent des découvertes emblématiques des sociétés protohistoriques européennes et par conséquent il s’agit d’une thématique de recherche extrêmement dynamique. Pourtant, même si les études synthétiques sont nombreuses concernant les pratiques de l’âge du Bronze, elles sont beaucoup moins fréquentes concernant les dépôts de l’âge du Fer. En fait depuis 1995 (Kurz 1995), aucun inventaire synthétique sur ce sujet n’avait été réalisé malgré l’augmentation régulière du nombre de découvertes intervenue depuis le développement et la multiplication des fouilles archéologiques préventives. Dans ces conditions, une mise à jour des données semblait importante et cela conduisit à la réalisation d’un master sur le sujet en 2011 (Le Cozanet 2011). Depuis lors, nos recherches n’ont pas cessé, aboutissant à l’enregistrement d’un inventaire inédit à l’échelle nationale de plus de 953 dépôts terrestres et humides.
La création de cet inventaire original formait un préalable pour étayer les analyses précédentes du phénomène et des évolutions des dépôts métalliques de l’âge du Fer. Ces approches étaient précédemment compromises par le choix d’échelles géographiques inadaptées (généralement régionale ou départementale), tronquant souvent les espaces culturels anciens et conduisant à l’étude de corpus trop maigre pour être correctement analysé. À partir de ces données, nous avons réalisé une étude comparative en prenant en compte tous les dépôts métalliques de l’âge du Fer des milieux humides et terrestres, à l’exception des dépôts uniquement monétaire. Cette recherche s’articulera autour d’une méthode de description des dépôts mise au point durant nos travaux de Master (Le Cozanet 2011, 2012, 2015) à partir des travaux de Fr. Pennors (2004-a) et K. Gruel et P. Pion (2009), à partir de leurs assemblages mobiliers. Grâce à cette méthodologie, il est possible de comparer l’ensemble des pratiques de dépôts de l’âge du Fer, terme à terme, en les classant par horizon chronologique, par contextes de découvertes (entre milieux humides et terrestres) et par type d’assemblage. Tout cela pour aboutir sur une discussion en trois points sur : la place entretenue par les dépôts dans leur environnement rituel et géographique proche, la potentielle caractérisation de pratiques domestiques et enfin sur des notions d’identités, de traditions et d’héritages à l’échelle de l’âge du Fer. À l’issue de ce travail, nous démontrerons que les dépôts sont plus complexes qu’il était escompté et qu’ils possèdent des intrications dans l’ensemble de la vie quotidienne des populations protohistoriques.

 
Résumé de la thèse en anglais:  

Metal hoards are emblematic discoveries of European protohistoric societies and therefore an extremely dynamic research theme. However, even though there are many synthetic studies concerning Bronze Age practices, they are much less frequent concerning Iron Age deposits. In fact, since 1995 (Kurz 1995), no synthetic inventory on this subject had been carried out despite the regular increase in the number of discoveries since the development and multiplication of preventive archaeological excavations. Under these conditions, it seemed important to update the data and this led to the completion of a master’s degree on this subject in 2011 (Le Cozanet 2011). Since then, our research hasn‘t ceased, leading to the recording of an unpublished national inventory of more than 953 land and wetland votive deposits and hoards.
The creation of this original inventory was a prerequisite to support previous analyses of the phenomenon and evolution of Iron Age metal deposits. These approaches had previously been compromised by the choice of unsuitable geographical scales (generally regional or departmental), often truncating ancient cultural spaces and leading to the study of the corpus too sparse to be properly analysed. Based on this data, we carried out a comparative study taking into account all the Iron Age metal deposits from wetlands and terrestrial areas, with the exception of purely monetary deposits. This research will be based on a method for describing deposits developed during our Master’s work (Le Cozanet 2011, 2012, 2015) from the work of Fr. Pennors (2004-a) and K. Gruel and P. Pion (2009), based on their furniture assemblies. Thanks to this methodology, it is possible to compare all Iron Age deposition practices, term by term, by classifying them by chronological horizon, by discovery contexts (between wetlands and terrestrial environments) and by the type of assemblage. All of this leads to a three-point discussion on the place maintained by the deposits in their ritual and nearby geographical environment, the potential characterisation of domestic practices and, finally, on the notions of identity, traditions and legacies on the scale of the Iron Age. At the end of this work, we will demonstrate that the deposits are more complex than expected and that they possess intricacies in the overall daily life of protohistoric populations.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search