Nouvelle publication : Entre cendres et offrandes : les pratiques funéraires en territoire atrébate de la fin du Ier s. av. J.-C. au début du IIIe s. ap. J.-C.

DANANAI Alice : Entre cendres et offrandes : les pratiques funéraires en territoire atrébate de la fin du Ier s. av. J.-C. au début du IIIe s. ap. J.-C.,

(Hors série Archéologie n°28), 2019, 530 p. – Revue du Nord Hors-Série Archéologie

 

Résumé :

Cet ouvrage correspond à la version remaniée de sa thèse de doctorat, dirigée par William Van Andringa (directeur d’études à l’École Pratiques des Hautes Études, Paris) et Xavier Deru (MCF, ULille). Elle a été soutenue en décembre 2015 à l’Université de Lille. 

L’objet de cette thèse vise à restituer les pratiques funéraires d’une partie du territoire atrébate entre la fin de l’Âge du Fer et le début du IIIe s. apr. J.-C. Il est situé à l’est de la Cité des Atrébates, à la rencontre avec les Cités des Nerviens et des Ménapiens. L’Ostrevant n’existe pas en tant que tel dans l’Antiquité. Néanmoins, il correspond à une réalité antique mise en avant par la spécificité des pratiques funéraires par rapport au reste de la Cité et à celles qui l’environnent, soulignant ainsi la nécessité de réaliser des études à l’échelle micro-régionale.Le monde funéraire constitue aujourd’hui une thématique privilégiée, pour laquelle la masse de données rassemblées grâce à l’activité de l’archéologie préventive permet d’effectuer des synthèses de ce type. Le catalogue a été réalisé à partir des données brutes de fouilles d’ensembles funéraires faites par la Direction de l’Archéologie Préventive de la Communauté d’Agglomération du Douaisis (CAD-DAP), augmenté par le dépouillement des rapports de fouilles effectuées dans la région Nord-Pas-de-Calais par les différents opérateurs de l’archéologie préventive. Plus de six cents sépultures sont ainsi inventoriées dans l’Ostrevant, et plus de deux mille dans le Nord-Pas-de-Calais et sur la frontière belge. L’étude se découpe en sept chapitres articulés autour du traitement fait aux morts par les vivants : l’ensemble funéraire dans son espace naturel et la relation par rapport aux vivants, l’étape du bûcher, la gestion des résidus de crémation, le traitement des os brûlés du défunt, la constitution de la tombe, et les dépôts de mobilier. Un volet chronologique ouvre l’étude. Enfin, un chapitre synthétique traitant de la signification de la tombe et des dimensions sociales, culturelles et historiques clôt la thèse.



Citer ce billet
Eneko Hiriart (2019, 12 décembre). Nouvelle publication : Entre cendres et offrandes : les pratiques funéraires en territoire atrébate de la fin du Ier s. av. J.-C. au début du IIIe s. ap. J.-C. Le blog de l'AFEAF. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/anuc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search