Prix Européen d’Archéologie Joseph Déchelette 2018

  • Le 2e  prix Joseph Déchelette a été remis le 15 juin dans la bibliothèque du Musée Déchelette à Roanne. Il a été décerné à l’unanimité à  Sasja van der Vaart-Verschoof, docteur de l’université de Leyde. Sa thèse, soutenue en 2017 à l’Universiteit Leiden (Pays-Bas), est déjà publiée sous le titre Fragmenting the Chieftain. A practice-based study of Early Iron Age Hallstatt C elite burials in the Low Countries (Sidestone Press, 2017. ISBN: 9789088905117). Elle renouvelle l’étude des débuts de l’âge du Fer (IXe – VIIe siècles avant notre ère) en proposant une analyse originale des rituels funéraires de l’élite qui apparaît à cette période sur une vaste portion du territoire européen (le domaine dit « hallstattien » et ses marges). Menée dans une perspective résolument européenne, cette recherche montre que l’émergence de l’élite s’appuie sur des relations régulières à l’échelle inter-régionale.  Avec le soutien du prix, Sasja van der Vaart-Verschoof se propose d’élargir son enquête dans une approche pluridisciplinaire afin de préciser la nature des liens entre les membres de cette aristocratie qui imprime une vitalité nouvelle aux régions concernées en orientant durablement leur développement socio-économique.
  • La lauréate s’est vu remettre un chèque de 10.000 €, émanant de l’association Joseph-Déchelette, fondatrice du prix, et de plusieurs de ses partenaires : le ministère de la Culture associé à Bibracte et le Römisch-germanisches Zentralmuseum (Mayence). D’autres partenaires du prix (dont l’AFEAF) gratifient la lauréate.
  •   Clichés A. Mallier/ Bibracte et M. Thorel/Ville de Roanne

          La lauréate. Cliché A. Mallier/ Bibracte

  • Le jury du prix a souhaité distinguer deux candidates en leur attribuant une mention spéciale :
    -> Joëlle Rolland, dont la recherche doctorale préparée à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, renouvelle notre compréhension des parures en verre caractéristiques du second âge du Fer (IIIe – Ier siècles avant notre ère) dans le domaine celtique.
    -> Gadea Cabanillas de la Torre, dont la recherche doctorale préparée à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’Universitad Autónoma de Madrid, propose une nouvelle grille d’analyse particulièrement convaincante de l’expression artistique des sociétés protohistoriques à travers l’analyse des céramiques à décor estampé qui s’épanouissent au Ve siècle avant notre ère en Europe centrale et occidentale.

Vous aimerez aussi...