Journée d’étude Les formes de l’habitat du premier âge du Fer en Europe de l’Ouest

Journée d’étude de l’Ecole du Louvre et l’Inrap
Ecole du Louvre, Amphithéâtre Cézanne, le 31 mars 2017
(9h30 – 17h00, ouvert à tous et gratuit : mais inscription nécessaire)

Les formes de l’habitat du premier âge du Fer en
Europe de l’Ouest
Journée organisée par Cyril Marcigny, Christophe Maitay et Vincent Riquier

 

Selon les angles d’observation et les réseaux de chercheurs, le 1er âge du Fer est pensé en rupture complète avec la fin de l’âge du Bronze, ou comme une prolongation des systèmes mis en place à la fin du
Bronze final, au cours 9e siècle. Mais paradoxalement, cette période, de près de quatre siècles, ne bénéficie pas encore, à l’inverse de l’âge du Bronze et du 2e âge du Fer, d’études actualisées et approfondies des systèmes d’habitat et des modalités économiques qui les contraignent. La dernière synthèse, proposée par Colin Haselgrove pour une partie du nord de la France uniquement, est restée inégalée jusqu’à la tenue à Rennes en mai 2016 d’un colloque de l’AFEAF sur le thème de l’architecture. Nos connaissances sur le 1er âge du Fer sont donc
encore très largement tributaires des travaux centrés sur les séries matérielles et les vestiges laissés par la strate aristocratique (riches sépultures, habitats de hauteur, dépôts…).

De notre point de vue, cette situation s’explique par :
=> L’absence de programme d’envergure sur le système d’habitat ; les grandes avancées reposent
encore aujourd’hui sur la définition de typo-chronologies appliquées aux différentes catégories de culture
matérielle (céramique, métal, etc.) et sur la caractérisation de faciès régionaux (cf. le colloque de St-Romain-en-
Gal ou les travaux universitaires les plus récents);
=> L’absence de banque de données de grand format (bigdata) grève considérablement la vision à large
échelle géographique, seule l’enquête Bronze Inrap fournit un premier socle d’enregistrement commun mais du fait des spécialisations des uns et des autres, la saisie reste très largement incomplète pour le 1er âge du Fer. Les découvertes inédites ayant trait au système d’habitat entre le 8e s. et le 5e s. ne manquent pourtant pas et le dossier s’épaissit tous les ans de nouveaux sites exhumés lors d’opérations préventives. En l’absence de fortifications de hauteur clairement identifiées dans le cadre préventif, la trame d’habitat demeure constituée majoritairement d’établissements de plaine et de plateaux, marquée par de notables évolutions par rapport aux modèles initiés à la fin de l’âge du Bronze. Deux faits semblent se dégager à partir du 8e s. : l’existence d’habitats groupés dont la fréquence suggère l’abandon partiel du modèle d’habitat dispersé du Bronze final, le développement de nouveaux habitats organisés autour de systèmes d’enclos dont les formes offrent une relative
variabilité et complexité. Ces établissements, partiellement enclos ou palissadés associés à de nombreuses constructions liées au stockage aérien, constituent une véritable innovation que l’on retrouve régulièrement de la Champagne aux Charentes. De nouvelles données suggèrent aussi une organisation locale complexe et un impact non négligeable sur l’environnement.

Cette journée est d’abord consacrée à l’exploration de ces faits marquants et largement inédits, dans le but de rassembler chercheurs et sites autour de ces problématiques de l’habitat courant (non fortifié ?) du 1er âge du Fer et d’offrir à la communauté scientifique un premier panorama aussi actualisé que possible.

Le cadre géographique n’a d’autres limites que celles que les découvertes lui imposent ; des comparaisons pertinentes peuvent être proposées avec plusieurs régions de l’ouest européen (îles britanniques, Belgique, Pays-
Bas, Allemagne du sud, Suisse, Italie du Nord et centrale).

Contact : cyril.marcigny@inrap.fr


Vous aimerez aussi...